Florent Jardin   À propos  Archives

Jette ton instance à la poubelle

À des fins de qualité ou de formation, il est très souvent nécessaire d’avoir une instance PostgreSQL d’une version particulière sur un environnement non critique, que l’on peut malmener à souhait et à l’infini. La communauté Debian propose l’outil pg_virtualenvmanpage pour démarrer une instance jettable, tout à fait compatible avec des tests de régression ou l’exécution de scripts lors d’une démonstration.

Le package postgresql-common est une des dépendances du package postgresql toutes versions confondues. Par exemple, sur un Ubuntu 16.04 pour la version 11, on peut lister les packages qui seront installés en plus de notre instance :

$ sudo apt-cache depends postgresql-11
  ...
  Depends: postgresql-client-11
    postgresql-client-11:i386
  Depends: postgresql-common
  Depends: ssl-cert
  ...

Ce package met donc à disposition une série de scripts – dont le préfixe est pg_ – qui s’appuie sur la détection automatique des binaires de la version la plus récente installée, en parcourant le répertoire /usr/lib/postgresql. On retrouve ainsi les script Perl de gestion de clusters propres aux installations sous Debian/Ubuntu : pg_lscluster, pg_upgradecluster ou pg_ctlcluster.

$ sudo dpkg-query -L postgresql-common
...
/usr/bin/pg_virtualenv
/usr/bin/pg_upgradecluster
/usr/bin/pg_renamecluster
/usr/bin/pg_lsclusters
/usr/bin/pg_dropcluster
/usr/bin/pg_ctlcluster
/usr/bin/pg_createcluster
/usr/bin/pg_conftool
/usr/bin/pg_config
package diverts others to: /usr/bin/pg_config.libpq-dev
...

Le script pg_virtualenv est la seule exception dans cette série. Il est écrit en bash et s’appuie sur la commande mktempmanpage pour isoler l’utilisateur afin qu’il n’interfère avec aucune instance présente sur le serveur. Pour cela, l’outil surchage plusieurs variables d’environnement (PG_CLUSTER_CONF_ROOT, PGSYSCONFDIR, LOGDIR, PWFILE, PGUSER, PGPASSWORD) avant d’initialiser une nouvelle instance via le script pg_createcluster.

$ bash -x /usr/bin/pg_virtualenv
...
++ mktemp -d -t pg_virtualenv.XXXXXX 
+ WORKDIR=/tmp/pg_virtualenv.XjpJku
+ PG_CLUSTER_CONF_ROOT=/tmp/pg_virtualenv.XjpJku/postgresql
+ PGUSER=fjardin
+ PGSYSCONFDIR=/tmp/pg_virtualenv.XjpJku/postgresql-common
+ mkdir /tmp/pg_virtualenv.XjpJku/postgresql-common /tmp/pg_virtualenv.XjpJku/log
+ PWFILE=/tmp/pg_virtualenv.XjpJku/postgresql-common/pwfile
+ LOGDIR=/tmp/pg_virtualenv.XjpJku/log
++ pwgen 20 1
+ PGPASSWORD=giul8aih3ieviFeef1sh
+ echo giul8aih3ieviFeef1sh
+ pg_createcluster -d /tmp/pg_virtualenv.XjpJku/data/11/regress -l /tmp/pg_virtualenv.XjpJku/log/postgresql-11-regress.log --pgoption fsync=off --start 11 regress -- --username=fjardin --pwfile=/tmp/pg_virtualenv.XjpJku/postgresql-common/pfile --nosync

Creating new PostgreSQL cluster 11/regress ...
/usr/lib/postgresql/11/bin/initdb --data-checksums --encoding=UTF8 --username=postgres --pwfile=/var/lib/postgresql/.pwfile -D /tmp/pg_virtualenv.XjpJku/data/11/regress --auth-local peer --auth-host md5 --username=fjardin --pwfile=/tmp/pg_virtualenv.XjpJku/postgresql-common/pwfile --nosync
The files belonging to this database system will be owned by user "fjardin".
This user must also own the server process.

The database cluster will be initialized with locale "en_US.UTF-8".
The default text search configuration will be set to "english".

Data page checksums are enabled.

fixing permissions on existing directory /tmp/pg_virtualenv.XjpJku/data/11/regress ... ok
creating subdirectories ... ok
selecting default max_connections ... 100
selecting default shared_buffers ... 128MB
selecting dynamic shared memory implementation ... posix
creating configuration files ... ok
running bootstrap script ... ok
performing post-bootstrap initialization ... ok

Sync to disk skipped.
The data directory might become corrupt if the operating system crashes.

Success. You can now start the database server using:

    pg_ctlcluster 11 regress start

Ver Cluster Port Status Owner   Data directory                            Log file
11  regress 5432 online fjardin /tmp/pg_virtualenv.PEkXHz/data/11/regress /tmp/pg_virtualenv.PEkXHz/log/postgresql-11-regress.log

Et voilà ! Tous les éléments suffisants à l’administration de ce cluster temporaire regress se situent soit dans les variables d’environnement, soit dans le fichier pg_service.conf de l’espace temporaire. Les bases sont donc disponibles disponibles par l’utilisateur courant jusqu’à ce que ce dernier quitte l’environnement d’exécution par la commande exit.

$ env | grep PG
PGPORT=5432
PGUSER=fjardin
PGPASSWORD=oChuaWa8cho6uK5Goono
PGDATABASE=postgres
PGHOST=localhost
PGSYSCONFDIR=/tmp/pg_virtualenv.PEkXHz/postgresql-common
PG_CLUSTER_CONF_ROOT=/tmp/pg_virtualenv.PEkXHz/postgresql
PG_CONFIG=/usr/lib/postgresql/11/bin/pg_config

$ cat $PGSYSCONFDIR/pg_service.conf
[11]
host=localhost
port=5432
dbname=postgres
user=fjardin
password=oChuaWa8cho6uK5Goono

$ exit
Dropping cluster 11/regress ...

N’étant pas (encore) un féru de développement et du TDD1 pour employer l’outil dans des tests de régressions, j’utilise la commande sur un poste Debian/Ubuntu ou sur Windows WSL de la même famille pour disposer d’une instance prête en quelques secondes. Pour obtenir un tel résultat, il suffit d’ajouter le bon repository officiel et de lancer l’installation dans cet ordre.

sudo apt-get install -y postgresql-common

sudo mkdir /etc/postgresql-common/createcluster.d
echo create_main_cluster = false | sudo tee /etc/postgresql-common/createcluster.d/ignore_create_cluster.conf

sudo apt-get install -y postgresql-10 postgresql-11
sudo systemctl disable postgresql.service

De cette façon, nous disposons rapidement des packages à jour pour les versions 10 et 11 sur notre distribution. Les possibilités sont donc nombreuses, comme illustrer ses propos lors de présentations ou de formations devant un public, valider le contenu d’un script SQL livré par son client sur une version spécifique ou simplement découvrir les nouvelles fonctionnalités d’une version majeure fraîchement compilée ou disponible sur le repository !